Indignée

Un dimanche de repos presque ordinaire d’une infirmière en repos.

Presque ordinaire, mais pas tout à fait parce que cette infirmière a un compte Twitter et qu’elle lit des articles de blog divers et variés pour s’informer afin de rester connectée avec la virtualité de son métier.

Un dimanche de repos ordinaire jusqu’à ce billet d’un médecin que j’aime tout particulièrement lire et cette ligne écrite avec un lien vers un billet de Dominique Dupagne.

J’ai dû rêver cette ligne, cela ne peut pas être vrai.

Cette ligne, c’est une gifle donnée à mon métier, à mes convictions et à ma motivation.

Cette ligne, c’est une pure aberration pour moi.

Cette ligne aurait pu passer inaperçue. J’aurais pu faire comme si je ne l’avais pas lu ou vu; et, j’ai beau la détester cette ligne maintenant je sais: L’industrie sucrière va avec la bénédiction du ministère de l’éducation Nationale éduquer nos enfants à la nutrition.

Alors, me voilà obligée de vous écrire, Monsieur le ministre, ces quelques mots d’infirmière indignée.

Je ne rêve pas : l’industrie qui promeut le sucre va « éduquer » nos enfants et leurs professeurs. J’ai volontairement mis éduquer entre parenthèses parce que je considère que l’on ne peut pas éduquer véritablement quand on est partie  prenante. Aujourd’hui, grâce à un accord signé par un de vos collaborateur, Monsieur le ministre de l’Éducation, l’industrie du sucre a carte blanche pour faire de la propagande afin de promouvoir et convertir nos chères têtes blondes à manger sucré.

À vous qui me lisez et qui vous posez éventuellement la question de la raison de mon indignation, c’est simple : le sucre est un des responsables avérés aujourd’hui de maladies tel que le diabète, l’obésité et certaines formes de cancers. Sachez que nous sommes hélas aujourd’hui dans une ère où les maladies liées à nos comportements de santé seront responsables de milliers de morts et de dépenses de santé dans les années à venir. Donc, donner une information éclairée sur le sucre consisterait en ce résumé: si tu l’aimes le sucre, tu le manges donc raisonnablement et tu n’en fais surtout pas son apologie. Je ne crois absolument pas aujourd’hui que le CEDUS (Le Centre d’Études et de Documentation du Sucre) est choisi d’animer cette éducation faite aux enfants et à leurs professeurs sous cet éclairage…

Moi, qui me lève chaque matin avec pour motivation de faire se développer la prévention et la promotion de la santé, je ne peux pas comprendre et encore moins accepter qu’aujourd’hui Monsieur le ministre de l’éducation nationale un de vos collaborateurs puisse accorder le droit à l’industrie du sucre de mésinformer nos enfants à la nutrition. Ce droit donné d’éduquer des enfants qui n’auront pas l’esprit critique ou le cadre familial éducatif pour reprendre la désinformation et la propagande sucré, c’est l’équivalent d’une hécatombe meurtrière à long terme. Un suicide programmé et accordé…

Vous auriez dû directement signer leur future ordonnance d’antidiabétiques oraux et les inscrire sur liste de receveur d’organes pour la greffe rénale, Monsieur le ministre.

Je sais, j’abuse. Mais, c’est un peu à la hauteur de mon indignation et de l’envie que j’ai d’abandonner mon combat quotidien de prévention.

Vous venez d’abandonner en signant cet accord, Monsieur le ministre, pour nos générations futures le droit à la bonne santé ; droit fondamental un peu voulu par la charte d’Ottawa et l’Organisation Mondiale de la Santé…

Et, pour couronner le tout , ce qui m’agace aujourd’hui, Monsieur le ministre, c’est que les compétences des professeurs de nos enfants et des éventuels partenaires en promotion de la santé ne devaient pas vous suffire pour décider de gifler ainsi l’éducation à la Santé. Certes, ces actions éducatives ont un coût aujourd’hui mais ce n’est rien face aux milliards que nous aurons à dépenser dans quelques années pour tous nous soigner de cette folie sucrée…

Bref, voilà, monsieur le ministre, je suis indignée, choquée. Le loup et son pouvoir sucrant sont entrés dans la bergerie grâce à cet accord. La bergerie « éduque » juste nos enfants et devrait il me semble le faire sans conflit d’intérêt. Dormez en paix, Monsieur le ministre, nos enfants ne subiront les effets secondaires désagréables du sucre que dans quelques bonnes dizaines d’années…

Sincèrement Monsieur le ministre, j’ai beau essayé, je ne comprends pas. Je ne peux pas.

Voilà, je ne doute pas que vos intentions, Monsieur le ministre, n’étaient pas sincèrement guidées par une vraie volonté d’éduquer nos bouts de choux mais, je vous en prie, revenez sur cet accord qui me semble bien dangereux. On ne signe pas d’accord avec le diable, il y a toujours un prix à payer. Cette fois-ci, le prix c’est juste la santé de tous… Je vous demande donc l’annulation immédiate de cet accord.

Pour ceux qui le souhaitent, vous pouvez faire de même. Ecrivez-vous aussi à Monsieur le ministre, passez le relais. Ne laissez pas nos/vos enfants être désinformés.

Millie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s